Récupérer les métaux précieux dans les cartes électroniques usagées : la vie aventureuse de nouveaux chercheurs d'or

Télécharger le compte rendu
Lire au format HTML

Christian THOMAS

Cofondateur de Terra Nova et de Sanou Koura

Séminaire Économie et sens | mercredi 5 mai 2021 - 9h00 - 11h30

Séance organisée en visioconférence sur Zoom.

Les cartes électroniques représentent 60 % du tantale, 60 % de l’indium, 20 % du lithium, 20 % de l’antimoine, 10 % du palladium et 10 % des terres rares produits dans le monde. Mais voilà : il est presque impossible de les récupérer, tant ces matériaux sont intriqués, pris dans de la fibre de verre et de la résine. « Impossible n’est pas français », disent toutefois deux ingénieurs, qui imaginent un procédé original. Ils convainquent un business angel aux poches profondes, obtiennent des subventions et un permis d’exploiter pour lancer la production dans une usine d’Arcelor Mittal. En 2006, l’avenir leur appartient à la tête de la société Terra Nova, mais la crise des subprimes et le naufrage de leur business angel semblent condamner le projet. C’est sans compter la capacité de rebond peu commune de ces deux entrepreneurs. Après moult épisodes au cours desquels leur projet aurait dû sombrer, ils démarreront enfin la production en 2021. Récit d’un projet métallurgique à énergie positive et zéro rejet.

L'économie circulaire

Le compte rendu de cette séance a été rédigé par :

Pascal LEFEBVRE

En partenariat avec :

Cette séance a été publiée dans le n°151 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé La symbiose pour horizon.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc