Quel avenir pour les start-up d'État ?


Pierre PEZZIARDI

Entrepreneur, ancien animateur du projet start-up d'État à la DINSIC (Direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État)


Henri VERDIER

Ambassadeur du numérique, ancien directeur de la DINSIC

Séminaire Vie des affaires | vendredi 13 mars 2020 - 9h30 - 12h00 | École des mines (60, boulevard Saint-Michel - Paris)

En 2016, Pierre Pezziardi et Henri Verdier ont présenté le projet de “start-up d'État” qu'ils avaient lancé en 2013. Des agents volontaires pour résoudre des “irritants” qu'ils ont repérés sont impliqués dans un projet de courte durée (six mois) avec un budget limité et l'aide d'informaticiens agiles. La solution qu’ils conçoivent peut alors être, ou pas, refinancée pour passer à l’échelle nationale. Après des succès comme mes-aides.gouv.fr, qui permet de connaître les aides auxquelles on a droit, ou la Bonne Boîte, qui guide les candidatures des chômeurs, l'idée fait contagion. Une quarantaine de start-up d'État sont lancées et une communauté de plusieurs centaines de membres est créée ; des directeurs de l'Administration signent des chartes où ils s'engagent à lancer des projets en partant de problèmes précis et d'intrapreneurs identifiés. Est-ce le prélude à des formes d’organisation moins hiérarchisées et moins paternalistes ? Le départ avec éclat de Pierre Pezziardi sonne-t-il la fin de cette démarche au sein même de la “start-up nation” ?…

Arrêt des inscriptions le jeudi 12 mars 2020 à 15h00

Entreprises : 57 € - Individuel : 37 € - Sponsor : Gratuit - Tarif étudiant : Gratuit
Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc