Éditorial

Par Thomas PARIS

C’était il y a un an. Une autre époque déjà, car les transformations que la Covid-19 a amenées dans nos vies, inimaginables alors, y sont désormais bien installées, fournissant une démonstration remarquable de la notion de résilience. À l’époque, le plus terrible avait été de constater qu’un virus microscopique pouvait mettre à bas des sociétés à tel point développées qu’elles digèrent avec boulimie des prouesses technologiques qui ne nous surprennent même plus. La crise nous a asséné avec la plus grande brutalité que notre civilisation est un colosse aux pieds d’argile. 

L’effet papillon, à la base de la théorie du chaos, postule que les systèmes les plus complexes peuvent être mis à mal par les dérèglements les plus infimes. La vie en société imposerait ainsi de renforcer en permanence ses organisations sans jamais atteindre un état d’équilibre, à la manière de Sisyphe poussant inlassablement son rocher. Le mythe de Sisyphe est mobilisé dans ce numéro pour décrire l’univers de la cybersécurité. Les États les plus puissants comme les plus grandes entreprises sont vulnérables face aux cyberattaques, dont la voie d’entrée dans ces systèmes qui paraissent ultra-protégés est souvent une faille minuscule. Se pencher sur cette faille donne le vertige : ce sont 300 000 nouveaux types d’attaques qui émergent quotidiennement. Les entreprises de cybersécurité, comme TEHTRIS, sont en état de crise permanente et mobilisent des outils hyper-automatisés pour parer à ces attaques et assurer la cyberpaix.

La vie des organisations évolue dans une dialectique permanente entre les niveaux macroscopique et microscopique. Elles grandissent pour être plus performantes, mais leur croissance peut se faire au détriment de leur propre performance ou les mettre en danger face à de petits acteurs, plus agiles, plus réactifs. Mais cette dialectique s’exprime de manière plus complexe. Les start-up peuvent apprendre à travailler avec les grands groupes (Baracoda). Les PME, par exemple dans l’industrie, peuvent refuser de grandir pour conserver agilité et sens du service, tout en inventant un modèle intermédiaire entre l’atelier très artisanal et l’usine hyper-robotisée (SMPF). Le management des mégaprojets du jeu vidéo ou du numérique peut s’attacher à éviter la dilution de la passion, de l’engagement et de la créativité des équipes dans leur taille, en ayant conscience que le diable est dans les détails et qu’une entreprise… reste la somme des contributions des individus qui la composent (Ubisoft). La gestion des déchets, l’un des enjeux vers le passage d’une économie respectueuse de l’environnement, passe par l’invention de nouvelles formes d’organisation : venir à bout d’une montagne de plusieurs millions de tonnes de déchets électroniques s’appuiera sur les micro-actions individuelles (ecosystem).

On aime opposer David et Goliath, les grandes entreprises et les start-up, les niveaux micro et macro. La réalité est qu’ils sont difficilement dissociables. L’infiniment grand de l’ambition des entreprises humaines passe par l’infiniment petit des détails et actions individuelles. 

Sommaire

Articles

Parrains & partenaires

Logo Algoé
Logo Chaire Futurs de l'industrie et du travail
Logo Chaire Mines urbaines
Logo Chaire Phénix – Grandes entreprises d'avenir
Logo EDF
Logo ENGIE

Executive Master – École polytechnique

Logo FABERNOVEL
Logo Groupe BPCE
Logo Groupe RATP
Logo GRTgaz
Logo Id VectoR
Logo IPAG
Logo IQSOG
Logo L'Oréal
Logo La Fabrique de l'industrie
Logo La Revue française de gestion
Logo MINES ParisTech

SETN

Logo UIMM
Logo Université Mohammed VI Polytechnique
Logo Ylios

Le comité de soutien

Pour appuyer les développements de l’École de Paris, notamment dans son ouverture internationale, nous avons créé un comité de soutien.

Il permet à ceux qui sont attachés à nos activités de nous soutenir par des dons personnels, ou de leur entreprise.

Voici nos membres actuels :

Pour obtenir plus de précisions sur les modalités d’adhésion au comité de soutien, n’hésitez pas à nous consulter.

 

  • ​Le Journal de l’École de Paris du management est édité par l’Association des Amis de l’École de Paris – 60, boulevard Saint-Michel – 75272 Paris Cedex 06 – France
  • Tél. : 01 42 79 40 80
  • E-mail : contact@ecole.org
  • ISSN : 1253-2711
  • Directeur de la publication : Michel Berry
  • Cofondateur : Thierry Weil
  • Rédactrice en chef : Caroline Elisséeff
  • Secrétaire de rédaction : Marie Vallée
  • Abonnements : Mathieu Degoul
  • Conception graphique et iconographie : Marie Vallée
  • Photo de couverture : Empire State Building under construction © Christie’s Images / Bridgeman Images, 1930 (gelatin silver print)
  • Illustration dans le premier article : Véronique Deiss
  • Réalisation en html : Simon Duflos
  • © Pour toute reproduction totale ou partielle, contacter l’École de Paris du management.

L'accès à cet article est payant

Si vous avez déjà acheté le Journal, ou si vous êtes abonné, merci de .

Si vous souhaitez consulter ce numéro ou vous abonner, cliquez ci-dessous pour plus d'informations :

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc