Nos dernières parutions - Tout voir

Nos dernières parutions

L'Édito

Se souvenir du Titanic

  • -

Edito du 21 janvier 2020

Plus d’un siècle après, le souvenir du Titanic est vivace. D’autres paquebots, à l’histoire moins dramatique, nourrissent des mythes tout aussi durables : le Normandie, le Queen Mary, le France… La fascination, l’attachement que suscitent ces géants des mers tiennent beaucoup à leur dimension héroïque. Qu’on y songe : ce sont plusieurs dizaines de milliers de tonnes que l’on parvient à faire flotter et évoluer au large à des vitesses respectables. Si l’on maîtrise le principe physique sous-jacent depuis Archimède, les naufrages viennent régulièrement et dramatiquement nous rappeler qu’ils constituent des prouesses techniques. Et aussi des prouesses organisationnelles ! Le France a mobilisé plus d’un millier d’ouvriers pendant quatre ans : la mise à l’eau de ces paquebots est l’aboutissement de projets extraordinaires en matière de mobilisation et de coordination.

Pourtant, l’image du paquebot est négative dans le langage du management. Elle renvoie à de gigantesques organisations difficiles à bouger. Un paquebot, c’est la puissance… et le manque d’agilité.

L’histoire de Nokia peut rappeler celle du Titanic. Une réussite impressionnante, une taille insolente – jusqu’à 500 000 téléphones produits par jour, 40 % de part de marché mondiale – et un naufrage rapide, alors même que le PDG – le capitaine – avait tiré la sonnette d’alarme. Yves Doz propose une analyse de la partie héroïque de l’aventure et de son issue dramatique, laquelle, explique-t-il, repose sur des choix techniques – informatiques – déterminants et une difficulté croissante dans la coordination de l’ensemble des équipes. Nokia, dit-il, avait commencé à s’effondrer de l’intérieur avant même l’arrivée d’Apple.

La Chine est gigantesque. Comment ses dirigeants parviennent-ils à mettre en mouvement un tel paquebot ? Joël Ruet se livre à une tentative d’explication de l’incroyable mobilité chinoise, qui lui permet de s’afficher en pointe sur les technologies environnementales. Il met en avant une politique industrielle d’État qui organise une savante compétition dynamique pour faire émerger des oligopoles concurrentiels domestiques.

La Poste, c’est 250 000 postiers, 17 000 points de contact, un formidable outil industriel… et une baisse constante de l’activité courrier depuis dix ans. On a donc à la fois une extraordinaire puissance et une obligation de transformation. Un programme transversal d’unification de la prise en compte du client dans les différentes branches de l’entreprise montre que cette transformation est difficile, mais réalisable, le point le plus délicat n’étant pas la résistance des personnes, mais celle du système d’information. L’informatique…

L’informatique, la technique, talon d’Achille de la grande organisation ? Oui, la maîtrise de l’informatique est cruciale, explique Gérard Berry, et ni la France ni l’Europe n’ont pris la mesure de ses enjeux. En l’occurrence, le paquebot difficile à bouger, ce sont nos catégories mentales pour penser le numérique, qui nous empêchent de voir son hyperpuissance et les enjeux associés, et qui freinent le développement nécessaire d’une culture du numérique.

Le naufrage de Nokia a résulté de la dépendance à un choix technique, de problèmes de coordination, d’une culture peu propice à la collaboration à grande échelle et d’une certaine cacophonie. Quoi faire alors de l’autonomie en entreprise, notion qui suscite de plus en plus d’intérêt ? Le dernier article de ce numéro dresse un état des lieux de cette question en France, précise la notion, et laisse entrevoir que, loin d’être une source de cacophonie, elle peut être un facteur de compétitivité.

Le paquebot inauguré évoluera d’un seul tenant. Champagne ! Le périple ne fait pourtant que commencer, et cette unité de façade ne doit pas masquer qu’il vient d’embarquer d’autres enjeux de coordination, perpétuels.

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n° 141

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

Dieppe Côte d’Albâtre fait le plein d’énergie

Séminaire Aventures industrielles


Par

  • Alain VERNA, PDG de Toshiba TEC Europe Imaging Systems, président de la filière régionale Logistique Seine-Normandie (LSN), président du cluster d’entreprises Vialog
  • Gill GERYL, Vice-président à la communauté d’agglomération Dieppe-Maritime, en charge du développement économique
  • Ludovic LEPETIT, Directeur du service Économie, Emploi, Formation, Insertion et Politique de la ville, directeur du dispositif PLIE, communauté d'agglomération Dieppe-Maritime
Les entreprises libérées, futur des organisations ou impasse ?

Séminaire Les Invités de l'École de Paris


Par

  • Anne-Sophie DUBEY, Chercheure doctorante associée à MINES ParisTech et à La Fabrique de l'Industrie sur l’autonomie et la responsabilité des salariés
  • Laurent KARSENTY, Chercheur associé (HdR) au Cnam et à la Chaire "Confiance et Management" de l'Université Paris-Dauphine
  • Thierry WEIL, Professeur de management de l'innovation à MINES ParisTech, titulaire de la Chaire "Futurs de l'Industrie et du Travail" et conseiller de La Fabrique de l'Industrie
Entreprendre dans les <em>Deep Tech</em> à plus de 40 ans&nbsp;:  le pari du Mastère Second Life

Séminaire Management de l'innovation


Par

  • Alexandre HEULLY, Responsable du Mastère spécialisé Second Life – Deep Tech Entrepreneur, MINES ParisTech
  • Cédric DENIS-RÉMIS, Vice-président de l’université PSL, en charge du développement, de l’innovation et de l’entrepreneuriat
Jongler aux quatre vents, ou l’art de diriger un grand musée international

Séminaire Création


Par

  • Michel DRAGUET, Directeur général des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique

Accéder à l'agenda

Le journal

Se souvenir du Titanic

  • -

N°141 | Janvier / Février 2020

Consulter les anciens numéros

Ouvrages

Idées – Tome II

  • -

Par Claude Riveline

À travers sa page Idées, publiée dans Le Journal de l’École de Paris du management depuis sa création en 1997, Claude Riveline nous fait part de ses réflexions éclairantes et malicieuses sur le management. Tout comme celles du premier tome, paru en 2006, les Idées de ce second tome sont à découvrir ou redécouvrir à la lumière du monde actuel.
 

Pour commander cet ouvrage ou pour tout renseignement, merci de nous envoyer un mail à l'adresse contact@ecole.org

Tarifs
Idées Tome II, version papier + numérique : 10 € + frais de port*

Offre spéciale : Idées Tome I + Idées Tome II (papier + numérique) : 15 € + frais de port*
Idées Tome II, version numérique (formats disponibles : PDF, EPUB et MOBI) : 7 €

* Frais de port : 5€ pour 1 à 2 exemplaires – à partir de 3 exemplaires et pour les envois à l'étranger, merci de nous contacter.

 

 

Ouvrages

Prise de parole

1730 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Ludovic LEPETIT

Directeur du service Économie, Emploi, Formation, Insertion et Politique de la ville, directeur du dispositif PLIE, communauté d'agglomération Dieppe-Maritime

25 février 2020

Dieppe Côte d’Albâtre fait le plein d’énergie

Gill GERYL

Vice-président à la communauté d’agglomération Dieppe-Maritime, en charge du développement économique

25 février 2020

Dieppe Côte d’Albâtre fait le plein d’énergie

Alain VERNA

PDG de Toshiba TEC Europe Imaging Systems, président de la filière régionale Logistique Seine-Normandie (LSN), président du cluster d’entreprises Vialog

25 février 2020

Dieppe Côte d’Albâtre fait le plein d’énergie

Anne-Sophie DUBEY

Chaire Futurs de l’industrie et du travail, MINES ParisTech

26 février 2020

Les entreprises libérées, futur des organisations ou impasse ?

Laurent KARSENTY

Chercheur associé (HdR) au Cnam et à la Chaire "Confiance et Management" de l'Université Paris-Dauphine

26 février 2020

Les entreprises libérées, futur des organisations ou impasse ?

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc